lundi 22 décembre 2014

Une histoire de Passions

Claude, le chef du camping (appellation donnée par les enfants), un homme qui tout petit était déjà baigné dans la nature de la ferme de ses parents.
Et oui,  dès son plus jeune âge à peine capable de marcher, il allait faire la sieste dans la niche de son copain "tomi" (le chien), et celui ci montait la garde pour que personne ne vienne troubler le repos du petit.
Et puis vers l'âge de 2 ans survenait un sale maladie qui l'éloignait de sa nature pendant quelques mois, mais de retour à la maison, pour se remettre en forme, c'était des séances de patins à roulettes.
Voilà le gamin taillé pour la course car il fallait prendre le vélo pour rejoindre l'école distante de 3 km, à l'époque il rêvait de remplacer Louison Bobet, mais ce n'était qu'un rêve, et il est toujours bon d'en avoir, c'est comme un médicament et celui là il est naturel !
Continuant de grandir le bambin, ne trouvait son plaisir que dans la nature, bien sur à travailler , car à l'époque il fallait garder les vaches, mais le garnement (déjà bâtisseur) ne pouvait s'empêcher de construire des cabanes sur les talus ou dans les arbres, mais les vaches en profitaient pour dépasser les limites et se mélanger à celles du voisin, alors je ne vous dit pas la couleur de mes fesses, quand mes parents s'apercevaient de la connerie ! mais ça fait partie de l'apprentissage .
Bien sur, enfant de cœur il a été, et le cumul des bêtises était d'un bon niveau, car lors de la quête pendant l'habituelle messe dominicale, une chute au fond de l'église avec la menue monnaie faisait se retourner toute l'assemblée ( déjà une vedette, le mec).
Il a même décroché le certificat d'étude, mais je vous rassure, ce n'est pas grâce au chant !
Et après ce fut l'école à la ville, pas vraiment le meilleur élève, mais la moyenne était juste maintenue, et en mai 1968, au lieu d'aller faire le clown sur les barricades, c'était sur la ferme familiale pour ramasser le foin .
Pendant les temps libres, pas de télévision, pas de tablette, donc c'était balade dans les champs pour regarder et écouter les oiseaux, en essayant d'imiter les chants et aussi de les reconnaitre au vol, c'est déjà un autodidacte.
Coté bricolage, c'était en route, pour noel une crèche était réalisée avec éclairage fonctionnant si le visiteur laissait une petite pièce dan le tronc, le sens des affaires était naissant !
A la sortie de l'enseignement secondaire, il fallut choisir un métier, à la demande de cuisinier, il était dirigé en section mécanique générale, et là une nouvelle passion naissait pour le dessin industriel . Aussi passionné par les mathématiques, à l'époque le jour de congé était le jeudi, et le professeur de maths, autant passionné que passionnant prenait quelques élèves volontaires pour faire des maths comme d'autres font du tennis, c’était du pur bonheur !, même si il fallait faire les 30 km aller-retour pour s'y rendre.
Pendant ces temps l'été des étudiants hollandais venaient poser leur tente sur le pré et le matin aidaient à la traite ( c'est peut être là qu'est née l'idée du camping ?)
Et voilà que la vie professionnelle attend Claude, alors pas osé le garçon, le CAP Tourneur et celui de dessinateur industriel en poche, il postule pour un poste de tourneur professionnel confirmé (le P3 de l'époque), et c'était l'embauche un vendredi 13 d'octobre 1972 .
Puis 6 mois plus tard, un poste de dessinateur s'ouvrait, donc le patron se souvenait du profil de l'individu et le travail de dessinateur commençait, c'était passionnant de concevoir des moules pour réaliser des pièces de plastique.
Et puis un jour de 1977, l'oiseau s'envolait du nid pour aller rejoindre sa colombe en Champagne et rencontrer des gens passionnés et passionnants . Un oncle d'Elisabeth, agriculteur et passionné de nature emmenait Claude dans la vie associative, une période riche des rencontres avec des gens de milieux si différents et variés. Et aussi la rencontre d'un beau père passionné de photographie qui a su transmettre le virus de la phot de la prise de vue au développement dans la chambre noir.
Un autre moment avec quelques copains, une occasion pour monter un club informatique et voilà de belles soirées à partager le savoir, Claude y a mi le doit et maintenant c'est la main.
Une vie associative intense ouvrait la voie vers des fonctions municipales passionnantes et encore des rencontres merveilleuses avec les plus jeunes et les plus anciens .
Mais pourquoi est elle si belle la vie ?
Parce ce qu'elle est faites de milles petites choses passionnantes !
Savoir regarder, savoir écouter, savoir attendre, savoir aider ... c'est peut être la solution ?
Après une vie professionnelle passionnante dans l'industrie automobile, pourquoi ne pas vivre ses passions en les faisant partager, c'est encore plus passionnant.
Alors top c'est décidé, il va développer sa passion sur un petit camping, avec une forte passion pour le développement durable .
Une vie familiale passionnante contribue aussi  a amplifier le partage de ces passions .
Et voilà que maintenant Claude est passionné par la vie des abeilles, un monde passionnant autant que fascinant,  mais quand arrêtera t'il d'ajouter des maillons à la chaine des passions.
Il a rencontré les campings de la via natura, encore des gens passionnés de nature, comme de nature passionnés.
Un conseil, si vous voulez en savoir plus, venez rencontrer Claude et Elisabeth au camping de la fontaine du hallate, vous en saurez peut être plus sur sa future passion !